AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  PlaylistPlaylist  SlackSlack  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 | 
 

 CONTEXTE

 
AuteurMessage
Le Créateur
Admin
avatar


Lun 26 Mai - 22:33





Contexte


Vous connaissez sans doute l’histoire des Templiers, leur blason, leur trésor mythique, et leur dissolution par le Pape Clément V, pour des raisons qui restent encore aujourd’hui obscures.
Je vais vous conter la vraie histoire des Templiers.

La Tutelle

Depuis la nuit des temps, il évolue dans nos sociétés des Êtres à l’apparence semblable à celle des Hommes, mais possédant des capacités spéciales, les Alteri. Il en existe deux familles. Les premiers, les Magus, possèdent un Don, tandis que les seconds, les Lectores, ont la capacité de mettre en action les 21 Runes. L’origine des Alteri demeure encore inconnue à ce jour. Leur nature éclot en chacun d’eux à des moments divers, au cours de l’enfance ou à l’âge adulte.

Longtemps marginalisés, les Alteri furent placés à l’aube du Xième siècle de notre Ère sous la protection et le contrôle de la seule autorité d’influence transnationale : l’Église. Des missionnaires du Saint Siège furent mandatés pour parcourir le monde connu et ramener à Rome les Magus et Lectores qui s’étaient découverts. Pendant des siècles, l’Église les éleva en son sein dans la foi la plus pieuse, tandis que leur existence était gardée secrète aux yeux du reste du Monde. Certains restaient confinés dans les propriétés du Saint Siège, d’autres devenaient missionnaires à leur tour. C’est au cours des premières Croisades que le Vatican décida de mettre réellement à son profit leurs compétences en les regroupant sous un même blason. L’Ordre des Templiers fut ainsi créé par le Vatican au début du XIième siècle pour assurer la sécurité des pèlerins de l’Occident se rendant vers Jérusalem. Cette décision en apparence bénéfique pour le Vatican constitua en fait une erreur irréparable, car elle donna aux Alteri les clefs nécessaires à leur émancipation.

En effet, à l’époque, le voyage vers Jérusalem était long et risqué. Il était courant que le pèlerin laisse, durant son périple, la gestion de ses biens aux Templiers. Seulement, en cas de décès du propriétaire, il était également coutume que les biens administrés, ou une partie de ceux-là reviennent à l’Ordre. C’est ainsi que ce dernier put acquérir au cours des décennies une influence de plus en plus importante, s’émancipant ainsi de la Tutelle du Vatican. Ses membres ouvrirent banques, commerces, et firent profit du transit maritime sur la Méditerranée. C’est cette influence et cette présence sur l’ensemble du monde connu de l’époque qui permit à l’Ordre de mettre la main, en 1302, sur deux mystérieux parchemins, dont la légende raconte qu’ils furent trouvés dans le Sanctuaire du Christ. Sur le premier, il était inscrit en lettres d’or le mot « NOVUS », sur le second on pouvait observer des symboles ésotériques. Le plus étonnant, certainement, est qu'il fut constaté que pour les humains dépourvus de capacité spéciale, les parchemins restaient vierges de tout écrit : ils ne se dévoilaient qu’aux yeux des Alteri. Les Templiers en déduisirent qu’ils avaient entre les mains la clé leur permettant de comprendre le secret de leur existence, et interprétèrent ce corpus de parchemins comme une carte au trésor pouvant les mener à élucider le mystère de leur origine. La quête de NOVUS, autrement appelée quête du GRAAL recommença alors.

Apprenant cette découverte, le Vatican, persuadé de l’origine Sainte de NOVUS, ordonna l’arrêt immédiat de cette quête, mais l’Ordre des Templiers refusa de se soumettre à la volonté de l’institution qui l’avait enfanté. C’est pourquoi, après l’avoir soutenu pendant plus de deux siècles, le Saint Siège prononça le vendredi 13 octobre 1307 la dissolution de l’Ordre des Templiers, et la condamnation pour hérésie des Magus et des Lectores qui le composaient. À titre de sentence exemplaire, et pour rappeler à tous ses enfants que quiconque tentait de défier le Saint Siège faillirait, les hérétiques furent conduits au bûcher. Mais au grand désespoir du Pape Clément V, le Vatican ne parvint à mettre la main sur ce qui devint le fabuleux « Trésor des Templiers ». En même temps que l’énigme de NOVUS lui glissait entre les doigts, le Vatican perdait le contrôle de ceux qui jusque-là avaient été ses enfants. L’idée d’une alternative à la toute puissance du Vatican s’était répandue et avait germé : les Magus et les Lectores qui s’étaient découverts rechignaient à rejoindre la Tutelle du Saint Siège. Le Vatican se voyait dépouillé d'un atout stratégique. La répression n’en fut que plus grande : en les affublant du nom de sorciers, de démons, tous ceux qui refusaient de se soumettre étaient poursuivis par une instance ad hoc, l’Inquisition, et condamnés à la peine capitale.

Ce fut une sombre période qui décima les populations de Magus et de Lectores. Mais les efforts du Vatican furent vains, la rupture entre le Saint Siège et les Alteri était consommée. Parallèlement, l’Église perdit de son influence au profit des idéaux modernes de sécularité et de laïcité, ce qui permit aux Alteri de s’émanciper définitivement. Ils commencèrent alors une existence relativement paisible, se fondant dans la masse, vivant dans le secret.

L’Ère Libre

Notre histoire reprend au XIXième siècle, lorsque Charles de Vevey, riche horloger suisse, mais également connu pour son fabuleux goût de l’archéologie, découvrit à Jérusalem un mystérieux coffre de bois scellé. Une fois ouvert, il y trouva un parchemin. Personne, dans le corps d’expédition, ne comprit alors les raisons qui conduisaient Monsieur de Vevey à s’esclaffer de la sorte devant cet objet, certes daté, mais vierge de tous symboles. Mais le gentilhomme, lui, avait parfaitement conscience de ce qu’il tenait entre les mains : devant ses yeux, le parchemin révélait les fines lettres d’or qui, depuis qu’il avait pris connaissance de la légende des Templiers, l’avaient tant d’années durant fasciné. Ainsi, Charles de Vevey ne s’était point épris de l’archéologie par hasard, et n’était pas non plus horloger par coïncidence. Il avait reçu de son Père, qui lui-même l’avait reçu du sien un Don, celui de manipuler le temps : il était un Magus. Toute sa vie durant, il avait consacré son temps libre à l’élucidation du mystère des Templiers et de leurs deux parchemins sacrés.

Dès lors, après des siècles de silence, le fantasme de la quête de NOVUS refit surface. En 1863, à Paris, dans une aile secrète du Louvre, Charles de Vevey inaugura la Fondation VEVEY, une fondation secrète vouée à la quête NOVUS. Il y réunit l’ensemble des Alteri avec lesquels il put entrer en contact. Mais en 1874, les activités de Charles de Vevey furent découvertes par le Vatican, qui se chargea d’y mettre fin. Il fit ainsi appel aux Illuminatis, une branche extrémiste du Vatican, héritière de l'Inquisition, lesquels firent ainsi le serment de détruire la Fondation. Charles mourut quelques temps après dans des circonstances mystérieuses. Mais la Fondation, tout comme son Don, furent transmis à son fils qui les fit perdurer.

Aujourd’hui, en 2014, la Fondation VEVEY s’est étendue. Si le Louvre accueille toujours l’Institut de Paris, l’organisation a également pris pied à New York et à Kyoto, chaque Institut étant sous la coupe d’un directeur de Fondation. Malheureusement, le second parchemin du corpus NOVUS, celui interprété comme une carte plusieurs siècles auparavant, reste introuvable, et la quête demeure infructueuse bien que le monde tout entier, de la jungle du Bengale aux confins de l’Antarctique, soit devenue le terrain d’action des membres de la Fondation.

Du côté des Illuminatis, la stratégie a changé. Conscients de l’ampleur prise par la Fondation, ceux-là ont décidé de recruter et de convertir à leur propre compte des Alteri aux fins de confisquer la quête Novus des mains de la Fondation, n’hésitant pas à sacrifier des innocents au service de leurs desseins.

Quel est le véritable but des Illuminatis ? Qu’est-ce que NOVUS ? Pourquoi cacher son existence ? Pourquoi ces parchemins attisent-ils tant de convoitise ?

C’est vous qui contribuerez à répondre à ces questions. Incarnez un humain, un Magus ou un Alteri et rejoignez les rangs de la Fondation VEVEY à Paris, New York ou Kyoto, ou engagez-vous pour les Illuminatis, et lancez-vous dans une course contre la montre à travers le monde, à la recherche de NOVUS et de ses secrets.

 
 
 

CONTEXTE

  
Page 1 sur 1