AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  PlaylistPlaylist  SlackSlack  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 | 
 

 Haïlé Mariam

 
AuteurMessage
Haïlé Mariam

avatar


Dossier de renseignement
Nationalité:
Don/Rune: Intangibilité (fumée)
Allégeance: Inconnue

Lun 7 Mar - 14:12

Haïlé Mariam

Etat Civil

Nom: Mariam
Prénoms: Haïlé
Date de naissance: 30/12/1990
Genre: M
Age: 25
Nationalité: Jamaïcaine
Domicile: Kingston

Capacités spéciales

Appartenance: Magus
Don (le cas échéant): Intangibilité (fumée)

Apparence Physique

Trenchtown, Jamaïque.

Le soleil venait d’entamer sa redescente vers l’horizon lorsque l’homme pénétra dans le bar. Un morceau grésillant de Bob Marley passait sur la radio obsolète du comptoir tandis qu’une grosse femme essuyait les verres avec un torchon d’une couleur douteuse en hochant la tête au rythme régulier de la musique. Le peu de client qui étaient attablés dans le bar arrêtèrent leur partie de domino. Les étrangers se faisaient rare dans ce ghetto sud de la capitale, les gens y étaient pauvres et très largement hostile aux riches touristes qui venaient satisfaire leur curiosité sur les légendes de ce quartier. Sans un regard pour les autochtones, l’homme se dirigea vers le bar, y déposa l’élégant panama qui trônait sur sa tête avant de s’asseoir sur un tabouret haut.
Alors que les clients se désintéressaient du client pour reprendre leur partie, celui-ci fit signe à la femme de s’approcher.
- Bonjour je cherche un jeune homme qui vit ici, il s’appelle  Haïlé Mariam.
- Connais’pas! Répondit la femme dans l’accent  caractéristique jamaïcain.
- Je comprends, poursuivi l’homme dans un sourire rassurant, je suis un lointain cousin d’Haïlé, il a de la famille anglaise.
La barmaid se contenta hausser les sourcils en réponses mais l’homme toujours aussi calme et souriant continua:
Nous avion un très lointain cousin en commun qui a laisser un héritage à son nom, j’ignore comment il a appris son existence mais le testament est formel, je dois partager la fortune avec ce fameux Haïlé.
La femme sembla surprise mais après un moment, repris la parole.
-Vous ne le trouverez pas sous ce nom, il s’appelle Smoke ici, c’est un grand rasta avec des yeux clairs mais féroce. C’est un métisse, sa mère était anglaise effectivement, elle est repartie sans lui quand il avait 6ans je crois. IL n’en parle jamais. Il est plutôt beau garçon, enfin, moi je trouve, il est musclé mais tout le monde l’est ici, le gars n’ont pas grand chose a faire de leur journée alors il pousse la fonte, tu vois ? Il a des longues dreads et une barbe assez fourni mais ça va pas t’aider non plus par ici. Le meilleur moyen de le reconnaître, c’est de chercher la fumée, y’ a une raison si il s’appelle Smoke. La ganga est son oxygène.  
Il organise des combats à Coorville Gardens si tu veux le voir, mais je te conseil d’être prudent, les gangs règnent sur le quartier.

- C’est par la qu’il fallait commencer! dit l’homme en reprenant son chapeau d’un geste vif. Il laissa un billet vert sur le comptoir et s’éloigna avec le même sourire radieux qu’il arborait à son arrivée.

Personnalité

Caractère: Et bim dans ta gueule !
Je tentais de rallumer mon pétard mais le combat étaient vraiment trop serré, j’allumais le briquet a un kilomètre de la fraise parce que mon foutu regard ne voulait pas se  détacher de la chair frappant la chair. Je suis plutôt un mec tranquille, mais la boxe, le foot, et les cons, ça m’excite !  Une putain d’envie de me lever et de participer à la fête m’envahis, surtout en ce qui concerne les cons. Que Jah me guide, la violence est contraire à nos préceptes. J’aime les gens, j’aime la musique, et j’aime l’herbe, voilà à quoi se résume les plaisirs de ma vie. Je hais la police, Babylone et tout ce qu’elle représente de dépravation et de vices, et les courgettes, voilà pour les grands combats que je vais mener. Je me suis déjà attaqué au cas de l’éradication de la courgette sur cette foutu planète, les autres viendront.  Parait que je parle pas fort et dans ma barbe, mais men, les mecs qui gueule c’est parce qu’il ne savent pas se faire entendre. De toute façon je n’ai pas grand-chose à dire, c’est de la fumée pleine d’énergie du créateur que j’expire, pas des mots vides.  Les pétasses me font gerber et l’autorité aussi, de toutes façon, les pétasses ne réussissent que par une forme d’autorité du désir…oui je sais c’est profond ce que je dis, c’est que j’ai des heures à tuer dans ce cul-de-sac qui me sert de quartier.

Tics et Manies: Je suis un vrai Rasta man man! Ah merde ça fait con du coup, bref,  Je suis végétarien, mon corps n’est pas un cimetière pour des muscles ou des organes morts mec, ah ça nan, nan, nan.  Je ne consomme pas d’alcool ni ne mange de raisin, parce que Jah la proscrit.  Je ne me coupe pas les cheveux ce qui fait apparaître les dreads, mais c’est pas dégeu, nan, je te jure bordel!  Et je fume pour me rapprocher du divin. Aucune de vos théories de merde sur la consommation de cette plante sacrée ne m’atteindra quand on sait que votre garde-bouffe s’appelle Monsanto
Signature musicale: https://www.youtube.com/watch?v=y07vgARrOUE

Histoire personnelle

C’est là que je me suis réveillé, ouais, je sais, plutôt chelou comme rêve, j’avais l’impression d’être à un entretien d’embauche avec la vie pour jouer le rôle du patron hautain et pète-sec. Donc je braille ces trucs dans mon sommeil et apparemment un peu dans la réalité puisque les couillons qui m’entourent ne s’arrêtent pas de rire comme des cons. Et ça m’énerve.
Carrément.
-Mec, diminue ta dose, tu parlais durant ton sommeil et à mon avis ce n’était pas à Jah !
Sur ces mots,il se remit à rire comme un con. L’après midi fut plutôt calme et alors que le dernier combat venait de se terminer et que les parieurs avaient quitté la salle,  j’étais en train de compter mes gains quand un mec entra et se mit à canarder dans ma direction avec un flingue.

La première balle avait déjà atteint mon pote Gebre sur ma droite. Dans un réflexe débile je reculai, sauf que, assis sur une chaise, ben tu tombes comme un con. Le mec ne s’arrêta pas pour autant. Un glock 17, c’est 17 chance de buter un type et là, tout ce que je me demandai, c’était combien faisait 3 divisé par 17.  Bref, le mec se dirige vers moi, sans un mot, il pointe le canon du clock sur mon cœur et tire. Je vois une explosion sortir du canon, et, dans un réflexe encore plus nul que le premier, je mets ma main comme pour me protéger. J’ai jamais pris de balle, je me suis toujours démerder pour être en deuxième ligne dans les règlements de comptes mais là, je suis bloqué, et j’attends ma mort, mis hors service par une foutu chaise.  J’ouvre les yeux juste à temps pour voir la balle traverser ma main qui se dissipe dans un nuage de fumée avant de se reformer. Mon adrénaline combinée à l’herbe, je reste quelques secondes abasourdi, le mec en face aussi est apparemment sur le cul, je n’entends plus le claquement puissant de l’explosion mêlé au métal. Sans réfléchir je ramasse le Beretta de Gebre et je tire trois balles en direction du type. Je ne regarde pas vraiment, je suis trop lâche pour apercevoir son regard. Le bruit m’explose les oreilles et je n’entends plus qu’un sifflement strident, ininterrompu, insupportable. Je me décide enfin à ouvrir les yeux quand l’ombre se rapproche du sol, il tombe. Je n’entends rien mais je dois me lever, bordel, bordel, bordel !
La scène passa surement en un éclair, mais j’ai l’impression de pouvoir visualiser chaque seconde de ce merdier encore maintenant. Le cadavre était couvert de tatouage qui ne prêtait à aucune confusion, c’était un membre du Shower Poss, le gang le plus dangereux du pays. Je ne savais pas pourquoi ils voulaient me buter, mais je devais me casser.

C’est surement ce que j’aurais dit à ce mec au chapeau panama si je lui faisais confiance. Mais un gars qui ne te connais pas, qui t’appelle par ton prénom, et qui te dit de monter dans sa voiture pile après cette foutu scène de science-fiction, c’est chaud.
Alors à la question insistante de savoir ce qui c’était passé je répondis un « rien » le plus nonchalant possible.
Le mec reprit la parole, il avait l’air un peu paniqué et semblait rouler au hasard, tournant de façon anarchique dans les ruelles étroites du bidonville.
- Il faut que tu passes chez toi, prend des affaires, le strict nécessaire. Indique moi le chemin.
Dans la folie du moment, je ne posa pas de question et lui indiqua tant bien que mal le chemin.
Après quelques minutes de surf sur la boue avec la traction de mister Panama, je fonçai vers chez moi et j’attrapai tout ce que je pouvais,  mes économies se résumant à trois billet de cent dollars et la petite boite que ma mère m’avait laissé. Elle est pourrie je sais, et ne contient qu’un morceau de tissu noir complètement rapiécé. Mais j’y tiens, alors je la prit. Quelques fringues, mon nécessaire à herbes, avec la réserve que je planquai au fond du sac à dos et je retournai en courant vers le type. Je sais bien qu’il pouvait m’emmener vers le gang pour qu’il me zigouille, mais je n’avais pas de caisse, et prendre le bus revenait à me faire contrôler à coup sur. Non je n’avais vraiment pas d’autre choix que de le suivre.

J’en roulai un vite fait pour me calmer un peu, et c’est en cherchant mon pot que j’aperçus les trou un peu noirci qui trônaient sur ma poitrine. Par connerie, j’eus l’impression d’une douleur à ce moment, et je paniquai à l’idée d’avoir été touché depuis le début sans m ‘en être rendu compte, mais rien. Aucune foutu trace des balle qui ont traversé mon t-shirt dans mon corps, le pire, étant que les trous étaient aussi dans le dos du t-shirt.
La première inspiration de fumée fut comme une bouffée d’air après une longue apnée. Je respirai enfin et reprenais mes esprits.
- Qu’est-ce que vous foutiez devant ma salle, et ou vous m’emmenez au juste?
- Monsieur Mariam, je ne peux vous parler pour le moment, nous allons devoir attendre l’arrêt de ce véhicule au lieu que l’on m’a indiqué.

Le mec ne dit plus un mot, mais je voyais bien qu’on se dirigeait vers le port de Kingston, lieu de rencontre entre les portes-containers dégueulasses et les paquebots de croisière tout aussi dégueulasses.
J’avais raison bordel ! On s’arrêta près d’un poteau de bois miteux dans un coin reculé à l’orée du port et le mec me demanda de m’asseoir sur un banc en face du poteau miteux. Il se mit à côté de moi mais resta débout, puis, sortit une feuille et se mit à lire d’une voix monocorde:

"Haïlé, tu te tiens sous le poteau qui a vu mourir ton ancêtre, alors que sa femme échappait de justesse à la mort. Tu te tiens à l’endroit exacte où l’aventure et la recherche de toute une vie c’est interrompu inachevée. Aujourd’hui, tu n’as plus rien à perdre, et nous te proposons de continuer cette aventure. Tu te poses surement des centaines de questions et tu es abasourdi, mais comme preuve de notre bonne volonté, voici un cadeau qui fera écho à tes plus lointains souvenirs. Tu as maintenant six minutes pour embarquer sur le bateau du quai 16."

Sans un mot de plus l’homme au panama déposa une boite devant moi. Il semblait soulagé, comme libérer d’un poids qui pesait sur ses nerfs.
- Qui êtes vous ? demandais-je alors qu’il s’éloignait.
- Je suis un prof  qui en a sa claque de tout ce merdier, si on m’avait dit que je devais faire tout ça, j’aurais demandé plus,  alors si vous voulez bien m’excuser, j’ai une croisière à reprendre avec ma famille, mon bateau repart dans, il regarda sa montre, dix minutes, je vous souhaites bon courage.

Je restai un moment assis devant ce poteau en fouillant la boite, elle contenait un passeport à mon nom, un billet de croisière et un morceau de tissu noir rapiécé qui semblait être de la même matière que celui que je possédais.
Mon cœur s’emballa d'un coup. Cette boite était-elle envoyé par ma mère ? Comment cet homme m’avait trouvé et qu’est ce que ce poteau avait avoir avec mes ancêtres ? Je dû me résigner à écarter les questions qui m’assaillaient pour me diriger vers le quai où m’attendait mon billet hors de cette île que je chérissais autant que je la haïssait.

L’accueil fut chaleureux, je pris mes quartiers dans une chambre très confortable par rapport à ce que j’avais connu. Puis, je sortis fumer sur le pont à l’écart de ceux qui pouvait sentir la substance sacrée qu’ils appellent drogue. Un assez vieux marins vint me rejoindre et vite, nous sympathisâmes. Ouai je sais le verbe faire zarbi, mais bon, faut t’y faire. Le Paquebot leva l’encre alors que les touristes rejoignaient leurs chambres, les bars, et les autres divertissements dont ils étaient venus se gaver et je restai avec le marin pour voir passer le fameux poteau de bois. Je saisis l’occasion de lui demander l’origine de ce poteau. Après un long silence,le marin prit la parole.
- C'est un vestige, un exemple pour tous les marins qui entraient et entrent dans ce port.  C'est le Poteau de "Calico Jack", c'est là qu'on a pendu un des plus grands pirates, mais surtout, marins de tous les temps, Jack Rackham.
J'étais tellement sonné par tout ce qui venait de se passer que je ne me rappelle même pas comment je suis arrivé dans mon lit. Mais avec l'aide de Jah et de la ganga, je m'endormis presque instantanément.

Hors Jeu

Code du règlement: Ok
Pays: France
Age: 26
Fréquence de connexion: Quotidienne
Comment avez-vous connu ce forum: L'antre du rpg
Célébrité sur votre avatar: Jason Momoa
Autre chose ?:  J'aime beaucoup le forum, c'est tout.  pirat
 
 
Rebecca Frost
Modératrice
avatar


Dossier de renseignement
Nationalité: France France
Don/Rune: Illusions sensorielles
Allégeance: Inconnue

Lun 7 Mar - 19:02

Hey ! Bonjour, et bienvenue sur Novus.

Ta Fiche de renseignement a été transmise au Conseil de Gestion du jeu, sur notre Environnement Numérique de Travail. Elle y sera analysée, et nous reviendrons vers toi rapidement pour te donner notre avis.

Comme indiqué dans le Règlement, chacun doit s'efforcer de préserver le secret de son Allégeance. Il te faut donc nous transmettre un Message Privé pour nous informer de la direction vers laquelle tu souhaites te tourner. Cet élément sera utilisé pour l'analyse de ta Fiche de renseignement. Tu peux aussi nous indiquer que ton personnage se décidera en cours de jeu, au gré des opportunités qui lui seront tendues.

En attendant de nos nouvelles, tu as accès à la Chatbox du forum en naviguant vers le bas de la page d'accueil du forum, ou en cliquant sur la lanterne à gauche de ton écran.

Nous t'invitons aussi à "Liker" la page Facebook de Novus pour des annonces exclusives sur l'actualité de Novus et sur son intrigue.

____________________


The World Is Not Enough - Garbage
 
 
Arthur de Vevey
Admin & Directeur de la Fondation
avatar


Dossier de renseignement
Nationalité: Suisse Suisse
Don/Rune: Chronokinésie
Allégeance: Institut de Paris

Dim 13 Mar - 15:24

Coucou !

Alors voici les feedbacks du Conseil de Gestion. Merci pour ta patience, on a eu une semaine particulièrement chargée. Voici nos petits commentaires, en attendant la suite du processus de validation.


On a beaucoup apprécié ta description qu'on a trouvé très bien amenée, élégante et captivante avant même la lecture de l'histoire personnelle à proprement parler.



L'histoire personnelle est juste excellente : tu as su saisir les doses de mystère et de légendes qui fondent l'univers contemporain de Novus, tout en ajoutant un certain exotisme qui nous manquait jusqu'à présent. Ton personnage laisse beaucoup de possibilités, peut être trop et il faudra peut être préciser certains éléments par MP, à la demande du MJ pour être sûr qu'il reste fidèle à l'ambition du personnage.

____________________



Dance for me Wallis - Abel Korzienowski
 
 
Rebecca Frost
Modératrice
avatar


Dossier de renseignement
Nationalité: France France
Don/Rune: Illusions sensorielles
Allégeance: Inconnue

Dim 13 Mar - 15:41

Bonjour Haïle,

Ta fiche a été validée mais il te reste quelques petites formalités à accomplir avant de pouvoir démarrer dans le jeu.

1/ Le code de ta signature musicale a été généré, merci de le copier-coller dans l'onglet "Signature" de ton profil.
Code:
[center]
<embed width="300" height="25" scale="exactfit" quality="high" wmode="transparent" type="application/x-shockwave-flash" allowfullscreen="true" allowscriptaccess="always" src="https://www.youtube.com/v/y07vgARrOUE?version=0&hl=fr_FR&rel=0&showinfo=0" pluginspage="http://www.macromedia.com/go/getflashplayer">
[sub][i]Concrete Jungle - Bob Marley
[/i][/sub][/center]

2/ Ton personnage doit avoir un domicile. Tu dois nous en soumettre la création, en respectant les différentes spécifications, via le Formulaire de Demande de Création de Lieu.

3/ Ensuite, l'ensemble des informations saisies dans ta fiche ont été transcrites dans ton Dossier de renseignement, disponible dans ton onglet "Profil" et visible par les autres membres. Merci de vérifier s'il n'y a pas d'erreur.

4/ Enfin, tu vas recevoir sur l’adresse mail avec laquelle tu t’es identifié sur Novus un mail te permettant de valider ton inscription sur le #Slack de la Communauté Novus. Il s’agit d’une plateforme de discussion par laquelle tu pourras maintenir le contact avec les autres joueurs du forum. Il te suffit juste d’y renseigner ton prénom, tu pourras y accéder via l'application Slack ou en cliquant sur le lien figurant dans la barre de navigation du forum.

Une fois que ces quelques formalités auront été accomplies, signale-le-nous ici. Nous te donnerons alors les autorisations nécessaires pour débuter l'aventure sur Novus.

Beusous ! o/

____________________


The World Is Not Enough - Garbage
 
 
Haïlé Mariam

avatar


Dossier de renseignement
Nationalité:
Don/Rune: Intangibilité (fumée)
Allégeance: Inconnue

Lun 21 Mar - 22:42

Liiiiibérééééé Délivrééé! Je crois que j'ai terrrrminéééééé! Smile

____________________


Concrete Jungle - Bob Marley
 
 
Le Créateur
Admin
avatar


Lun 21 Mar - 22:53

Et quelle voix !

C'est bon de notre côté.

Bienvenue sur Novus. Ta fiche va être archivée, mais tu peux déjà faire ton entrée dans le jeu dans le Paquebot Carnival Freeze, en Amérique.
 
 
Contenu sponsorisé





 
 
 

Haïlé Mariam

  
Page 1 sur 1