AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  PlaylistPlaylist  SlackSlack  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 | 
 

 Résidence - Appartement de fonction de Na Ra Kim (Paris)

 
AuteurMessage
Le Créateur
Admin
avatar


Mer 31 Aoû - 12:13

Un appartement terrasse lumineux au design moderne de 175 m² avec vue panoramique sur Paris et sa Tour Eiffel.

 
 
Na Ra Kim

avatar


Dossier de renseignement
Nationalité: Corée du Sud Corée du Sud
Don/Rune:
Allégeance: Inconnue

Ven 2 Sep - 15:56

Me voilà enfin à Paris. Dès mon arrivée à l'aéroport, j'ai reçu un message m'indiquant ma nouvelle adresse. On me logeait dans un appartement se situant dans le seizième arrondissement. Le bien devait être en conséquence plutôt luxueux. La Maison Bleu ne m'a pas donné plus de renseignements pour des raisons de sécurités. Arrivée à mon immeuble je pus admirer un extérieur typiquement français. En revanche, une fois à l'intérieur, je ne fus pas dépaysée. Il me rappelait ce que j'ai laissé pour une durée indéterminée à Séoul. Je fis tourner mon alliance alors que l’ascenseur montait les étages avec une lenteur vertigineuse.

J'arrivai enfin au dernier... Deux portes se dressaient sur le palier, les numéros 61 et 62. On m'avait attribué le premier. Comme tous les autres, une porte blindée noire, lourde et froide empêchait quiconque d'entrer. Sauf ceux qui en possédait le code qui se tapait sur un pavé tactile en-dessous de la poignée. J'exécutai un code appris par cœur. Il y eut un petit déclic suivit d'un bourdonnement sourd. Au moins, si quelqu'un tentait de rentrer par ici, j'en serai immédiatement avertie.
J'entrai, déposai ma valise à côté de la porte en fermant cette dernière dans mon dos. Si une personne se trouvait là, il ou elle sera déjà au courant de ma présence. Mes pas résonnaient dans ce décors blanc épuré. Je furetai dans le cœur de la maison : le salon, pièce immense et démesurée. Des journaux français ont été déposé sur la table basse. L'ambassade américaine faisait encore certains gros titre aux côtés de séries d'attentats et autres faits divers. Tout était fait pour que je m'installe rapidement. Je passais à la cuisine et ouvris le frigo plein à craqué de produit locaux. C'était bien ma veine de ne pas savoir les cuisiner. Cependant, toute cuisine qui se respecte possède son propre armement. N'ayant pas encore mes propres armes, je me procurai un couteau à viande afin de finir mon inspection.

Je remarquai une enveloppe anonyme sur le bar et la glissai dans ma poche. J'examinais chaque pièce au peigne fin. L'appartement regorgeait d'endroit idéal pour cacher des armes. Mais je n'en trouvai aucune.


*Bon sang ! Qu'est-ce qu'ils ont foutu...*

Je finis par le bureau plus épuré que jamais avec tout de fois une remarquable bibliothèque. Tous les livres étaient écrits en coréen. Je fis courir mon doigt sur les tranches : histoire de Corée, littérature, manhwa et...

*C'est une blague ! Pas très fin comme astuce. Même le premier des benêts aurait compris. À condition qu'il puisse lire le coréen.*

Un exemplaire de « L'art de la Guerre » de Sun Tzu trônait au milieu des autres livres. J'émis un son réprobateur en faisant claquer ma langue.

*Franchement, autant mettre un grand panneau clignotant musical indiquant : « Attention endroit louche ! »*

Je n'ai peut-être que 23 ans mais ce travail était digne d'un débutant amateur. Je pris le livre pour découvrir un scanner rétinien. Enfin du matériel de professionnel. Les armes et ce qui m’intéressai devaient se trouver derrière. Je sentis le poids de l’enveloppe dans la poche de mon jean. Mon couteau toujours en main, je retournai au frigo pour prendre quelque chose à boire. De la bière de soju ! Ils m'ont au moins pris de l'alcool, du vrai. Pas un vin sophistiqué ou que sais-je encore.
J'abandonnai le couteau sur le comptoir pendant que je décapsulai la canette fraîche dans un long pschitt. Je bus une longue gorgée qui me rinça le gosier. J’expirai un raclement de gorge satisfait. Bière en main, j'allai sur la terrasse en faisant tournoyer l'enveloppe entre mes doigts. Le soleil de fin d'après midi baignait la terrasse d'une lumière brûlante. Déjà, les klaxons des parisiens pressés se répondaient dans la ville. Les réveils seraient moins agréable que ceux du pays du matin calme.

____________________



자우림(Jaurim) - 이카루스 (Icarus)
 
 
Lui
Maître du Jeu
avatar


Mar 6 Sep - 17:25

Depuis votre balcon, la ville lumière est magnifique. Il est tôt le matin, vous n'avez pas dormi, mais vous admirez Paris qui s'éveille. C'est donc ça la vie parisienne. L'art de vivre à la française. Devant vous se dessine majestueusement la dame de fer, plantée là au milieu des beaux immeubles, des boulevards haussmaniens, des...

Votre téléphone se met à jouer la Nocturne de Chopin. Numéro inconnu. Logique.


 
 
Na Ra Kim

avatar


Dossier de renseignement
Nationalité: Corée du Sud Corée du Sud
Don/Rune:
Allégeance: Inconnue

Mar 13 Sep - 13:38

Je n'ai pas fermé l’œil de la nuit. Cet endroit m'étant inconnu, je n'étais pas à l'aise et ce malgré le couteau de cuisine caché sous mon oreiller. Je ne dormais jamais sans une arme à proximité. Je préférais posséder une arme à feu (qui devait certainement se trouver derrière se scanner rétinien). Mon meilleur atout... Si mon adversaire s'avérait plus massif que moi, des difficultés m'attendraient au corps à corps. Rien qu'à cette idée, je sifflai entre mes dents. Boire ne m'a apporté qu'une bonne vieille gueule de bois.
Je finis par me tirer du lit aux aurores comme à mon habitude et m'étirai longuement. Je devais bien ça à mes muscles devenus léthargique après une nuit comme celle-là. Pour me détendre, je pris une douche glacée dans ma salle de bain à l’italienne. Les gouttes perlaient sur ma peau, se fendant un chemin pour s'écouler une à une par terre. J'examinai la cicatrice sur mon flan plus pâle qui formait un véritable contraste avec la teinte de ma peau... Le souvenir de ce jour revint à mon esprit. Du sang, un tir, une balle et de nouveau encore plus de sang sur un visage narquois dont les yeux avaient connaissance que la fin arrivait. D'abord livide puis sans vie. J'augmentai la pression de l'eau ainsi que sa température froide qui mordait mes chairs. Je la laissais tomber sur mon visage.


*Il le fallait...*

J'enfilai un peignoir doux au toucher. Je me rendis dans la cuisine sans avoir faim. Je sortis avec un verre d'eau sur ma terrasse. Au passage, je récupérai cette malheureuse enveloppe que je décidai enfin d'ouvrir.
La beauté des premières lueurs du soleil dessinaient les contours de la Dame de Fer dominant Paris de sa prestance. La plupart des parisiens se trouvaient trop occupé à courir pour prendre le temps de regarder leur ville vivant entre une architecture du passé et du futur. Les bruits grouillants atteignaient déjà mes oreilles en un bourdonnement massif et indistinct.
Je posai mon verre et décachetai l'enveloppe. Avant de passer à des choses plus sérieuse, j'englobai une nouvelle fois Paris qui semblait s'étendre à perte de vue. Un dépaysement total contrastant fortement avec le Séoul d'aujourd'hui où les grattes-ciels sont sortis de terre pour former une jungle de béton. Pour trouver des bâtiments traditionnel, il fallait sortir des grandes villes et s'aventurer dans les campagnes alentours. Et même là, le progrès n'avait rien épargné...

Je dépliai le papier. À peine avais-je poser les yeux dessus qu'une mélodie se fit entendre dans l'appartement. Je froissai la lettre dans ma main en la pliant. D'un geste brusque, le verre posé sur la balustrade partit se brise en mille morceaux sur le goudron en contre-bas. Je n'ai pas le temps de m'arrêter à ces choses insignifiante. La musique classique résonnait dans l'appartement vide. J'attendais peut-être un appel de mes supérieurs.
L'écran m'annonçait un contact inconnu. Je tiquai bien entendu. Soit c'était un faux numéro, soit la personne savait sûrement qui j'étais. Normalement, j'avais enregistré dans mon appareil tout les contacts important du Louvre. J’excluais donc l'hypothèse que ce fut l'un d'entre eux.
Je glissai l'icône du téléphone vert pour décrocher. Je répondais en coréen. Si c'était la première option, la personne s'excuserait  et raccrocherait. Dans le deuxième cas, cela n'avait aucune importance.

– Allô ? demandai-je calmement.

*Si ce sont mes supérieurs, pourvu que je n'ai pas de mauvaises surprises.*

Mais avec eux, il fallait s'attendre à tout. Surtout aux vues de ma situation et de mon emploi. Chaque appel me ramenait à lui. Cette idée ne me quittait jamais. Par réflexe, je commençai à faire tourner mon alliance.

____________________



자우림(Jaurim) - 이카루스 (Icarus)
 
 
Lui
Maître du Jeu
avatar


Mar 13 Sep - 16:26

C'est en coréen, effectivement, et c'est une voix d'homme assez directif.

Interloctueur a écrit:
김 . 회의 는 루브르 박물관 과 자신 의 보안 의 머리 사이에 개최되었다. 공식적으로 , 당신은 우리의 노출 의 맥락에서 제시된 작품 의 안전 에 대해 알려 거기 . 비밀리에 , 당신은 당신없이 도난 당할 수 지난 주 도난 테이블 에는 경보 시스템 이 트리거되지 방법을 찾기 위해 발굴 해야합니다. 우리가 추구하는 진리 가 있을 수 있습니다. 감시 비디오 가 있습니까? 누가 그날 밤 루브르 박물관 에 접근 했다.

당신은 아파트 에 봉투에 인증 문자를 찾을 수 있어 .

엑스
 
 
Na Ra Kim

avatar


Dossier de renseignement
Nationalité: Corée du Sud Corée du Sud
Don/Rune:
Allégeance: Inconnue

Mar 20 Sep - 18:50

Mon interlocuteur a raccroché immédiatement après avoir délivré son message. Je balançai négligemment mon téléphone sur le plan de cuisine. La lettre déclinait mon identité et mentionnait l'intitulé et les œuvres de mon exposition.
Pour le travail, ma garde robe offrait un panel d’accessoires. Le tout pour faire une bonne première impression. Heureusement que ma valise contenait des affaires plus détendues. Mon choix s'arrêta sur un tailleur beige de haute couture ainsi qu'une paire d'escarpin rouge carmin très charmant. Une petite pochette de travail assortie se trouvait à côté. Les choses ont été préparées minutieusement à l'avance.

Le poids des escarpins amenèrent un petit sourire à mes lèvres crispées depuis l'appel. J'examinais la manufacture des souliers et les soupesais. Une légère épaisseur était superbement masquée. On ne m'a donc pas laissé sans rien au final. J'enfilai les escarpins délicatement toutefois un peu lourd à porter. Les pointes des talons étaient faites dans un métal doré. Le moindre détail était pensé. Je défilais d'un pas assuré avant de claquer des pieds d'un coup sec tel Dorothée dans le « Magicien d'Oz » (film que mon mari a tenu à me montrer lorsque nous flirtions). Une exclamation modérée de surprise s'en suivit.


– Parfait ! Elles sont divine.

Deux petites lames ont jailli sous les pointes de mes pieds. Je verrais comment les utiliser au moment opportun. J'effectuai le même geste pour les faire disparaître. La pochette était à son tour passée en revue. Rien... Je l'ouvrai, la retournai dans tout les sens et m'en trouvais un peu déçue.

Dans le miroir de l'entrée, je ne cessais de repenser au scanner de la bibliothèque inactivé.


*Ont-ils vraiment l'intention de ne me laisser que ces chaussures ! Je ne suis pas parvenue à le démarrer...*

Une dernière retouche de rouge à lèvres couleur corail avant d'attraper au vol la pochette contenant mon téléphone ainsi que le courrier. Mon premier jour de travail à Paris m'émoustillait tout de même un petit peu. Un cadre ravissant et reconnu pour être romantique...
Dans l'ascenseur, je posai ma tête contre les parois rafraîchissante de métal gris. Je ne devais pas rêvasser. Des choses plus importante que l’excitation d'être dans l'une des plus belle capitale du monde était en jeu. Machinalement (ou presque), je fis tourner mon alliance

/Appartement de fonction de Na Ra Kim/ > /Le Pavillon des Sessions du Musée du Louvre/

____________________



자우림(Jaurim) - 이카루스 (Icarus)
 
 
Na Ra Kim

avatar


Dossier de renseignement
Nationalité: Corée du Sud Corée du Sud
Don/Rune:
Allégeance: Inconnue

Mer 21 Juin - 15:24

/Ambassade de la République de Corée/ > /Appartement de fonction de Na Ra Kim/

J'enlevais mes chaussures en les balançant du bout des pieds. Le choc des semelles lourdes sur le parquet résonna dans tout l'appartement. Je me trainais pieds nu dans mon appartement avant de m'affaler sur le canapé avec un bière de soju et de la poser contre ma tempe. J'allumais automatiquement la télévision et me rendais sur la chaîne coréenne d'information diffusée internationalement : KBS World. Les nouvelles défilaient sans aucune importance pour moi. Je regardais le filigrane de l'invitation.

Je me rendis dans mon bureau ma langue natale berçant les murs de ce « cocon » provisoire. Là, je retournais à ma bibliothèque et me baissais à la hauteur du scanner rétinien.


– Voyons que me réserves-tu ?

____________________



자우림(Jaurim) - 이카루스 (Icarus)
 
 
Lui
Maître du Jeu
avatar


Dim 2 Juil - 11:23

Le scanner rétinien lit votre empreinte rétinienne. Le petit rayon balaye votre iris, dans une sensation assez désagréable qui vous laisse éblouie, quelques fractions de seconde après. Un bip numérique retentit, et un premier verrou se lève, mais la commande d'entrée vous demande maintenant d'entrer un mot de passe : 8 chiffres.

 
 
Na Ra Kim

avatar


Dossier de renseignement
Nationalité: Corée du Sud Corée du Sud
Don/Rune:
Allégeance: Inconnue

Jeu 17 Aoû - 23:19

-Eh bien, il fallait s'y attendre...

Un pavé numérique aux chiffres d'une lumière bleu intense s'ouvrit devant moi. La composition du code étant de 8 chiffres, il existe donc 100 000 000 de possibilité. Les solutions les plus simplissimes correspondaient à des dates importantes comme un anniversaire ou un événement particulier. Mais cette solution me paraissait plutôt simplissime. N'importe quel petit malin pourrait se renseigner sur mon identité, mon année de naissance, celle de mes parents, de mon mari ou bien celui de notre mariage. Une en particulier me vint à l'esprit. Le problème serait l'ordre de la date et encore si c'était la bonne solution ! Le jour de notre rencontre m'avait été demandé. La neige était arrivée plus tôt cette année-là. Je me risquai à taper les chiffres qui s'affichèrent sur le pavé. Je retenais mon souffle.

05102014

____________________



자우림(Jaurim) - 이카루스 (Icarus)
 
 
Lui
Maître du Jeu
avatar


Mar 29 Aoû - 23:00

Vous entendez un verrou qui se lève, un glissement de gonds, et la porte se débloque. Il ne vous reste qu'à la pousser pour découvrir ce que votre pressentiment vous avait déjà livré : une "safe-room" au beau milieu de votre appartement, n'apparaissant sur aucune carte. L'endroit idéal pour disparaître un moment... ou s'équiper. Du matériel est entreposé : armes à feu, armes blanches, capteurs vidéo, ordinateurs sécurisés, tout ce que vous pouvez souhaité a été livré ici avant votre arrivée.

Vous prenez le temps d'examiner un peu vos possession, mais vous rappelez soudainement que l'heure a tourné, et que votre dîner avec la correspondante UNESCO du Louvre ne saurait tarder...
 
 
Contenu sponsorisé





 
 
 

Résidence - Appartement de fonction de Na Ra Kim (Paris)

  
Page 1 sur 1